Mars 2011 – Un collectif d’association demande un moratoire sur les centrales au gaz

Jeudi 17 mars, les représentants de cinq associations opposées à la construction de centrales thermiques à gaz (dont l’ADPSE représentée par Isabelle Hoellinger), se sont réunis au Ministère de l’Ecologie avec des représentants de la Direction Générale de l’Energie et du Climat (DGEC). Cette réunion a permis au collectif national de formaliser sa demande de mettre en place un moratoire sur la construction de toute nouvelle centrale sur le territoire, compte-tenu des risques insupportables que l’ensemble de ces projets fait peser sur la sécurité et la précarité énergétique, et nos objectifs de lutte contre le changement climatique. Voir communiqué ci-joint du 18.03.1 + annexes + 2 photos + communiqué de l’agence de presse AEDD.

Parallèlement à la dénonciation des conséquences locales du projet Hambregie, l’ADPSE mène depuis 2009 une démarche visant à mettre en exergue l’origine nationale du « problème » local que constitue Hambregie : à savoir un « désordre » dans la politique énergétique nationale. En effet dans un contexte de poursuite de développement du parc nucléaire, de réduction des consommations électriques liées aux programmes d’améliorations des performances énergétiques (BBC, maisons passives dans l’habitat, amélioration des appareils électriques, etc) et l’engagement suite au sommet de Kyoto d’augmenter  substantiellement la part des énergies renouvelables dans le panel de production électrique, il nous apparaissait étonnant de constater le développement de nouveaux projets thermiques. Aussi dès la mi-2009, avons-nous engagé des recherches puis des actions collectives avec d’autres associations qui luttaient contre le même fléau ailleurs en France. C’est ainsi que nous avons pu identifier le projet comme clairement inutile dans le contexte énergétique national, puis même dangereux pour la sécurité d’approvisionnement gazière.

 

Historique :

  • Septembre 2009 : publication du rapport Horizons « Etat des lieux de la production électrique thermique centralisée – Evaluation de l’opportunité de l’implantation de cycles combinés au gaz dans le système énergétique français »
  • Novembre 2009 : conférence de présentation par un consultant du bureau Horizons de ce rapport, à Sarralbe
  • Septembre 2010 : contribution à la consultation publique de la commission de régulation de l’énergie sur les tarifs et conditions d’accès au réseau de transport de gaz naturel
  • Décembre 2010 : contribution à la consultation publique du ministère de l’écologie sur les tarifs et conditions d’accès au réseau de transport de gaz naturel. Lettre ouverte à Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’écologie
  • Mars 2010 : Rencontre au ministère avec les représentants des 5 associations signataires et Mme Anne Laurent, conseillère technique énergie et climat auprès du cabinet de Madame la Ministre.

 

L’ADPSE continuera à s’inscrire dans une démarche globale visant à refuser localement que les populations et l’environnement ne subissent les conséquences (pollution de l’eau de la Sarre, de l’air et des terres) d’un désordre d’origine national. Plus largement, ce même désordre compromet les nécessaires évolutions vers la sobriété énergétique, les énergies renouvelables, tout en contribuant au réchauffement climatique et à des risques sur la capacité d’approvisionnement du réseau gazier.

 

Hambregie est et reste un projet incohérent nationalement et localement.

 

Lire l’article du RL