Avril 2013 : A Verberie, le projet de centrale est enterré

Image Yfregie

Cliquer pour agrandir

Une très bonne nouvelle est tombée chez nos homologues de Verberie. C’est le maire de la commune, qui a finalement renoncé récemment au projet Yfregie de Direct Energie (jumeau d’Hambregie, avec également 892 MW).

L’ADPSE est en lien depuis 2009 avec l’association Pas de Centrale en Basse Automne qui combat le projet Yfregie dans l’Oise. Nos associations, défendus toutes deux par Me Alexandre Faro ont œuvré ensemble, notamment par des actions entreprises nationalement avec le collectif qui a demandé un moratoire contre l’implantation d’un trop grand nombre de centrales.

 

LOGO OISE HEBDO10 04 2013

2013-04-11 OiseHebdo2

La centrale de Verberie enterrée

admin | 10 avril 2013

Logo_Le_Courrier_Picard10 O4 2013

La centrale de verberie enterrée

Après avoir défendu durant 5 ans le projet d’une centrale électrique au gaz naturel, dans le sud de l’Oise, le maire préfère renoncer.

VERBERIE-CENTRALE

Le projet d’implantation d’une centrale électrique au gaz naturel à Verberie avait déjà du plomb dans l’aile, suite à l’annulation de l’autorisation d’exploiter prise par le tribunal administratif et à la dernière enquête publique. Le maire et président de la communauté de communes, Patrick Floury, ardent partisan de la centrale, vient d’enfoncer le dernier clou dans le cercueil. Il annonce dans un communiqué que « l’ensemble des maires de la communauté de communes de la Basse Automne a décidé de retirer le projet du Schéma de cohérence territoriale ».

Selon Patrick Floury, qui entend se représenter à la tête de Verberie dans un an, aucun calcul électoral n’entre dans sa décision. L’élu divers droite donne une seule explication : les nouvelles orientations en matière de politique énergétique. « Le gouvernement veut baisser la part du nucléaire et développer les énergies renouvelables. »

Le maire de Verberie ne regrette pas d’avoir défendu durant cinq ans l’équipement : « Je regrette seulement que cela n’ait pas abouti. » Et de rappeler ses arguments : « Cet équipement aurait rapporté 5,5 millions d’euros à la communauté de communes de la Basse Automne et 3,5 millions d’euros, dans le cadre de la taxe sur la production d’électricité. Il aurait également participé à la reprise du développement économique… » Les adversaires de la centrale à gaz se réjouissent bien sûr de voir le maire de Verberie jeter l’éponge. « C’est une très bonne nouvelle pour le territoire et ses habitants », réagit Franck Deboise, président de l’association « Pas de centrale en Basse Automne » qui s’est formée en 2008, juste après la divulgation du projet. Ce farouche opposant fait notamment valoir l’impact sur l’environnement et la santé d’un tel équipement. « Il a fallu cinq ans, soit la durée d’un mandat municipal pour que le maire écoute ses administrés ; ça fait quand même beaucoup », assène-t-il.

Franck Deboise préfère attendre, pour ranger les banderoles, que le communiqué du maire se traduise en actes administratifs, à savoir la modification du Schéma de cohérence territoriale du Syndicat mixte de la Basse automne et de la Plaine d’Estrée.