A la une

Mai 2012 : Hambregie fait appel !

Le tribunal administratif de Strasbourg a annulé tour à tour en début d’année le permis de construire et le permis d’exploiter de la centrale à gaz de Hambach.

La société Hambregie a récemment fait appel du second jugement, à savoir celui portant sur l’autorisation d’exploiter. Aucun appel n’a été enregistré concernant l’annulation du permis de construire.

Vu la situation financière des centrales au gaz, l’appel d’offre remporté récemment par Direct Energie en Bretagne et surtout leur situation financière, nous pouvons supposer à ce stade qu’il s’agit plus pour la société de tenter de récuperer un peu d’argent qu’un réel souhait de faire aboutir le projet de Hambach.

L’ADPSE va par conséquent continuer la lutte contre ce projet insensé. Nous continuerons bien sûr à vous informer dès que nous en saurons plus.

Pour avoir toutes les nouvelles, vous pouvez lire le nouveau numéro du Petit Journal de l’ADPSE : 2012_05_31_ADPSE_Petit_journal_3

Avril 2012 : Menaces de fermeture sur les centrales au gaz en Europe

Pont sur Sambre

Centrale de Pont sur Sambre

Extrait du journal Les Echos du 25 avril 2012

En France, la centrale à cycle combiné au gaz naturel (CCGT) de Pont-sur-Sambre, dans le Nord, a été placée en procédure de sauvegarde. Face à des prix de vente de l’électricité en baisse et des coûts d’achat de gaz en hausse, les fermetures se multiplient en Grande-Bretagne et en Allemagne.

Ecrit par Thibaut Madelin avec Emmanuel Grasland

Lors de son inauguration, en septembre 2009, elle était présentée par son propriétaire Poweo comme un investissement d’avenir. Deux ans et demi plus tard, la centrale à cycle combiné au gaz naturel (CCGT) de Pont-sur-Sambre, dans le Nord, est au bord de la faillite. Son nouvel actionnaire, l’autrichien Verbund, l’a placée en procédure de sauvegarde le 12 mars. La suite

Mars 2012 – Soirée ADPSE : ambiance-ambiance !

Quelle ambiance, lors de la soirée de l’ADPSE le 31 mars ! Entre pot au feu, bons vins et surtout bonne musique grâce à Fernand, Raymond, Jean-Paul et Laurent, l’ambiance était à la fête et à la décontraction. On a dansé tard dans la nuit… et  jusque dans la cuisine, où l’on a vu des dames venir inviter des équipiers de l’ADPSE… Si, si !!!

 

 

Février 2012 – Réunion publique à Sarralbe : Hambregie, c’est (presque) fini !

Photo reunion de Sarralbe 23.02.12

De gauche à droite : Christine Kant conseillère régionale, Isabelle Hoellinger porte-parole de l'ADPSE, Pierre-Jean Didiot maire de Sarralbe, Michel Kuffler maire de Herbitzheim

L’ADPSE, en collaboration avec les communes de Sarralbe et Herbitzheim a organisé une réunion publique d’information jeudi 23 février à 20h à la salle socio-culturelle de Sarralbe. Ce sont environ 250 personnes qui ont répondu à l’appel. Cette réunion avait pour but de faire le point sur les décisions du tribunal administratif de Strasbourg, qui ont tour à tour annulé le permis de construire et l’autorisation d’exploiter d’Hambrégie.

 

Après avoir dressé un bilan des deux années et demi de lutte, nous avons réévoqué les problèmes environnementaux et sanitaires qu’auraient apporté un projet comme Hambregie. Pierre-Jean Didiot, maire de Sarralbe a enfoncé le clou en faisant la lecture d’un article paru tout récement qui dresse un bilan estimé à 169 milliards d’Euros, le coût de l’impact sanitaire de la pollution. Cette pollution étant elle même issue à plus de 60 % des seules centrales thermiques de production d’électricité… Rappelons que nous ne sommes qu’à une vingtaine de kilomètres de la plus grosse centrale thermique française, celle de St-Avold, mais aussi de plusieurs autres en Sarre. Et de rappeler également le petit document publié par la préfecture fin 2009 qui avertissait les citoyens des risques sanitaires qu’engendraient la pollution : La suite

Février 2012 – Rassemblement devant la mairie de Hambach : rien ne change…

Manif mairie de Hambach (juin 2009)
Cliquer pour agrandir

Sans surprise, le conseil municipal de Hambach a voté ce lundi 20 février, l’engagement de la commune dans la voie de la révision du PLU. Carnaval oblige, le maire Gaston Meyer, avait enfilé son costume favori : défenseur de l’emploi ! Et de jouer sur les comparatifs qui portent… la Smart, pour justifier qu’il faille autoriser les ICPE sur le site de l’Europôle II. La suite

Aller à la barre d’outils