Juin 2014 : Cherchez les irresponsables !

DSC_1307Suite à l’article paru le 11 juin dans le RL « Les mots qui fâchent » 2014_06_11_RL_Europole_2_les_mots_qui_fachent , nous souhaitions réagir aux propos de Céleste Lett qui « s’insurgeait » des « propos dignes de gens irresponsables », suite à la phrase « si vous avez un copain qui veut monter une boîte, il y a 120 hectares libres. C’est pas cher et à mon avis négociable. » qui a été prononcée par Isabelle Hoellinger en tant que porte-parole de l’ADPSE lors de l’assemblée générale de l’association le 03 juin dernier.

Si une boutade version « petite annonce » emprunté d’un humour évident pour bon nombre de gens, a suscité une réaction aussi vive et disproportionnée, c’est que le fond du problème évoqué est sans aucun doute bien plus dérangeant pour Céleste Lett (il n’y a que la vérité qui blesse !).

Puisque le sujet de la responsabilité est évoqué, parlons-en ! L’ADPSE a défendu de façon responsable l’environnement et la santé des concitoyens de l’agglomération, pendant que la CASC se fourvoyait tête baissée dans le dossier Hambregie.

Concernant l’Europôle particulièrement… la CASC a voulu imposer le projet Hambregie aux citoyens (et aux juges) en appliquant la politique du bulldozer. Peu importe la dépense, peu importe si ailleurs on ferme des centrales à gaz, ici le fantasme gazier prendra forme… envers et contre tout ! Et ainsi malgré les recours, la CASC n’a pas hésité à prendre tous les risques en construisant la plateforme Hambregie, sans aucun engagement d’achat des terrains par Hambregie.

Il convient de préciser aussi, afin d’illustrer cette folle obsession, que les terres pour cette plateforme étaient exploitées par un agriculteur. La CASC a cassé le bail en cours qui devait s’achever en 2013… et indemnisé à grand frais les exploitants. Qu’importe, il s’agissait encore de l’argent des concitoyens !

Et l’ADPSE concernant l’Europôle 2 ?

Nous rappelons comme nous l’avons fait lors de l’assemblée générale, que nous ne sommes ni contre l’emploi, ni contre l’Europôle 2, ni contre le principe d’avoir au niveau de l’agglo des terrains immédiatement constructibles pour des entreprises. C’est uniquement la démesure de la surface de la plateforme réalisée qui a été déplorée. Doit-on réellement pouvoir disposer de 120 ha tout de suite ?

Nous rappelons également que l’ADPSE a renoncé à donner des suites juridiques à la révision du PLU de Hambach parce que nous ne souhaitions pas faire peser une insécurité juridique sur la zone, pouvant entraver l’installation d’entreprises. Et cela malgré un certain nombre de manquements dans la procédure, justifiés par le maire par un prétendu caractère d’urgence du fait de nombreuses entreprises attendant de pouvoir s’installer… Une urgence d’opportunité, a fortiori ! Malgré également un règlement qui permet à toutes sortes d’usines polluantes avec des bâtiments de 50 m de hauteur et des cheminées de hauteur illimitée, sans aucune restriction de s’installer. L’ADPSE souhaitait simplement reprendre le règlement de l’Europôle 1 sur la zone de l’Europôle 2, ce qui n’entravait en rien la création d’entreprises !

Cette mise au point faite, nous prions M. Lett de bien vouloir cesser de brasser du gaz, et de mettre cette énergie au profit de l’emploi dans le secteur !

2014_06_22_RL_L’ADPSE_n_est_pas_contre_l_europole_2

Vues aériennes de l’europôle 2 juin 2014