Centrale de Hambach

LE PROJET DE CENTRALE ELECTRIQUE AU GAZ DE DIRECT ENERGIE A HAMBACH

Bien éloignée d’une démarche environnementale, voici Hambregie :

Hauteur de la centrale par rapport à l'église de Willerwald

Cliquer pour agrandir

Une centrale taille XL avec  des rejets XXX…L

 Et pour la communauté d’agglomération de Sarreguemines Confluences…

Plus qu’un projet : une obstination…

Cette double centrale à cycle combiné gaz de 892 MW (la plus grosse de France) en chiffres :

 Rejets atmosphériques :

  •  2 600 000 tonnes de CO² par an

Pour le bilan carbone :

Au niveau de la CASC : + 50 tonnes par habitant/an (moyenne nationale aux alentours de 6,5 tonnes, régionale aux alentours de 9,5 tonnes)

Au niveau de la Moselle : + 20 % de CO² (La Moselle émet déjà 10 % du CO² de la France)

Exemples d’équivalents : 1 500 000 véhicules ou 1 000 000 de logements chauffés au gaz (une ville comme Paris par exemple)

Et enfin, à titre de compensation, il faudrait reboiser 13 300 km² pour absorber tout le CO² émis, soit plus de deux fois le département de la Moselle.

Et combien de gestes éco-citoyens… ?????

  • Rejets de fumées : 2 800 000 m³/h à 98° C
  • Oxyde (NO) et dioxyde d’azote (NO²) : 1920 tonnes/an
  • Monoxyde de carbone (CO) : 3264 tonnes/an
  • Dioxyde de soufre (SO²) : 384 tonnes/an
  • Vapeur d’eau : 800 m³/heure avec phosphore, sulfates, nitrates, nitrites, etc

  

Vue aérienne de l'ensemble du projet en 3D

Cliquer pour agrandir

 

Impact sur la Sarre :

  • Pompage de l’eau provenant de la Sarre à raison de 1 100 m³/heure soit 1/6 ème du débit de la rivière
  • Rejet : 300 m³/heure chargés de sulfates, nitrates, chlorures, etc.
  • Déclassement de la rivière en quantité et qualité

 Pollution sonore :  + 4 décibels (= énorme = doublement du bruit pour riverains les plus proches à 600 m)

 Raccordement  :  sous forme de lignes à haute tension enterrées 

  • Une ligne de 225 000 V sur environ 10 km
  • Une ligne de 400 000 V sur environ 18 km

 Des nuisances supplémentaires pour les riverains générées par les champs électro-magnétiques

L’installation  :  2 unités à cycles combiné gaz équipées  de cheminées  de  57 m de hauteur et 7 m de diamètre + 20 tours aéroréfrigérantes de 20 m de hauteur

But annoncé : parer aux pics de consommation (quelques centaines d’heures/an). Annoncée comme compatible avec le Grenelle pour le remplacement des centrales à charbon. 

Dans la réalité, ils disposent d’une autorisation d’exploiter  pour 8000 H/an soit 333 jours 24H sur 24 alors que l’objectif d’installation de centrales à gaz en remplacement du charbon est déjà dépassé et que d’autres stratégies permettent de palier aux pics de consommation (effacement de pointes avec des tarifs modulés comme EJP ou Tempo). Ces installations compromettent aussi le développement des énergies renouvelables et toute politique de sobriété énergétique.

La technologie : Présentée comme la « meilleure technologie disponible ».

Dans la réalité, obsolète  car utilisant à 100 % une énergie fossile, sans cogénération  (récupération de chaleur) et rendement très faible (inférieur à 50 %).  Une faible réactivité (le gaz doit être commandé la veille pour le lendemain) ne permet pas de répondre avec souplesse à la demande du réseau électrique (nécessaire pour les pics  de consommation).

Aller à la barre d’outils