Novembre 2012 : Le préfet souhaite renouer le dialogue

Suite à la nomination et à la prise de fonction du nouveau préfet de la région Lorraine, Monsieur Nacer MEDDAH, l’ADPSE a sollicité un rendez-vous avec ce dernier afin de lui exposer la situation et l’historique de l’opposition de la population au projet Hambrégie. M. Meddah, (contrairement à ses deux prédécesseurs) a immédiatement accepté de nous recevoir afin d’entendre les raisons pour lesquelles un mouvement d’opposition populaire de si grande ampleur s’était organisé contre ce projet dans une région où la population est pourtant peu encline à s’opposer à des projets industriels…

Michel Kuffler, Jean-Louis Dal Ferro et Isabelle Hoellinger se sont donc rendus le 15 novembre dernier à la préfecture où M. Meddah les a reçus en présence de Mme Michel, sous-préfète de Sarreguemines. Ils ont pu longuement exposer l’historique du mouvement, mais surtout ses raisons en revenant sur les légitimes inquiétudes en matière sanitaire, et environnementale (impacts pour l’air, la Sarre). La situation énergétique lorraine et surtout nationale a également été exposée. Outre le rapport Horizons qui dès septembre 2009 venait démontrer l’inutilité du projet (nombre de projets dépassant les objectifs du plan pluri-annuel des investissements électriques du ministère, réseau gazier insuffisamment dimensionné, augmentation des gaz à effet de serre, rentabilité compromise des installations, etc…), ils ont également laissé de nombreux autres éléments corroborant cette situation, comme  le rapport du Sénat sur le coût réel de l’électricité (juillet 2012 – 2012_07_11_Extrait_Rapport_senat_cout_electricite). Ce document démontre lui aussi clairement que le besoin en centrales thermiques de ce type décroit partout en Europe du fait notamment de la montée en puissance des énergies renouvelables, de la baisse de la consommation électrique et de la « suroffre » en capacités issues des centrales au gaz. Concrètement, le temps d’utilisation moyen chutant, ces installations ne sont plus rentables.

Le parallèle fut rapidement fait avec la situation de Direct Energie qui suite à sa fusion avec Poweo a récupéré une centrale au gaz à Pont sur Sambre en difficultés (perte de près de 10 millions d’Euros par an), une autre centrale à Toul terminée qui ne fonctionne pas encore. Ils ont aussi emporté l’appel d’offre d’Etat pour installer une centrale en Bretagne. A ceux-ci se rajoutent les projets de Verberie et de Hambach, chacun deux fois plus puissants que les 3 premiers cités… Pas étonnant que les banques peinent à s’engager dans le financement d’Hambregie dans une telle conjoncture et pour des débouchés aussi hypothétiques ! Et c’est bien le sens du jugement rendu par le Tribunal Administratif de Strasbourg qui est venu rappeler que la démonstration des capacités financières et techniques avait toute son utilité pour notamment limiter le risque de voir des projets non achevés se transformer en carcasses fantômes… à la charge des concitoyens !

M. le Préfet à l’issue de cet entretien s’est dit très étonné de l’absence de dialogue qu’il y avait eu entre les différents protagonistes, comme l’attitude fermée des élus locaux, face à des arguments pour le moins « entendables » des citoyens. La situation depuis 3 ans ayant sensiblement évoluée, M. Le Préfet a formulé la proposition d’organiser une rencontre avec Direct Energie afin de refaire un point sur le projet Hambregie ; savoir s’ils souhaitent toujours le réaliser et le cas échéant leur demander les améliorations qu’ils seraient prêts à apporter.

L’ADPSE a accepté le principe de la rencontre et est pour l’instant dans l’attente de nouvelles de M. le Préfet qui se charge de l’organisation.