Octobre 2012 : Mme la sous-préfète dément

Cliquer pour agrandir

« Hambregie est un projet d’écologie de l’Etat », tels sont les propos qu’auraient tenus Mme la Sous-Préfète Josette Michel devant une assemblée de l’amicale des maires de l’arrondissement de Sarreguemines, relatés dimanche 21 octobre 2012 dans un article du Républicain Lorrain.

 2012_10_21_RL_Hambregie_un_projet_d_ecologie_de_l_etat

Nous ne pouvons que nous étonner d’une telle déclaration dans la bouche de notre représentante de l’Etat. D’abord, cette affirmation, sauf preuve contraire et inconnue à ce jour, est totalement erronée et trompeuse. Ce qui est à déplorer de la part de la représentante de l’Etat de qui l’on pourrait espérer davantage de neutralité, et non un parti pris.

Il serait par ailleurs intéressant de pouvoir connaître la définition même d’un « projet écologique de l’Etat », concept nouveau au demeurant.

En ce qui concerne le lien avec le Grenelle, le ministère de l’Ecologie lui-même, a démenti un quelconque lien entre autorisation ministérielle et compatibilité « Grenelle de l’Environnement ».

L’objectif national dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, était de réduire les émissions de CO² en remplaçant un certain nombre de centrales au charbon par des unités à gaz moins émettrices. Hambregie n’est jamais entré dans ce cadre, l’objectif de développement de nouvelles centrales de type CCG étant déjà largement dépassé par d’autres projets engagés, dès l’annonce du projet.

Objectif dela PPI(Plan Pluriannuel des Investissements) : 3600 MW de charbon à convertir en gaz

Réalisé ou en cours : 5 500 MW, soit plus de 50 % de plus ! (dont 1600 MW rien qu’en Lorraine avec St-Avold, Blénod et Toul !)

Si on multiplie les unités, c’est tout le contraire qui se produira, à savoir un « sabotage du Grenelle » par une augmentation des émissions de CO². Simple constat mathématique !

Mais peut être y avait-il confusion avec le projet breton de Landivisiau où c’est l’Etat qui a lancé un appel à projet pour la construction d’une unité de 440 MW (la moitié d’Hambregie) pour sécuriser la péninsule électrique que constituela Bretagne pour le réseau RTE.

Enfin, l’on peut se demander ce que venaient faire de tels propos devant une assemblée d’élus ? Le sujet de l’économie et des emplois ? Sans doute, car on n’imagine pas Mme la Sous-Préfète faire une telle bourde ou s’amuser à taquiner les citoyens opposés au projet !

Oui, ce devait être un moment de nostalgie pour les fameux 30 emplois Hambregie censés sauver la région, rappelez-vous ! (Indépendamment de leur coût pour la collectivité).

Le Républicain Lorrain n’a sans doute pas pu tout relater : mais Mme Michel a-t-elle aussi parlé des emplois perdus dans la région rien que dans le domaine du photovoltaïque ? 10 000 en France en un an, et plusieurs dizaines ou plus ici aussi ! Ceci dans un silence assourdissant.

Un « projet écologique d’Etat », ça aussi ?

La commune de Sarralbe, à travers son maire Pierre-Jean Didiot, s’est également ému de cette déclaration et a demandé des explications à M. Le Préfet. Lire le courrier : 2012_10_22_Courrier_PJD_Prefet_projet_d_ecologie_etat

Lors de notre entretien avec M. le Préfet, le sujet de cette déclaration a été abordé. Mme Michel, soutenu par M. le Préfet a démenti ces propos et s’est défendu de soutenir le projet Hambregie.